Le coaching : différences avec d’autres méthodes de la relation d’aide

Sophrologie, psychothérapie et coaching, entre autres, sont des méthodes utilisées dans la relation d’aide. Ce dernier ne ressemble pas aux autres pour ses caractéristiques introspectives et personnalisées, sans être une thérapie. Mais avant d’identifier ses spécificités, sa définition s’impose comme celle de la relation d’aide, pour mieux comprendre le lien qui les unit.

Coaching c’est « cocher »

Le mot coach est un terme anglais issu du mot français « cocher » et qui veut dire celui qui conduit une diligence. Bien qu’il ait le rôle de mener à bien le voyage, ce sont les voyageurs qui décident de la destination. Il intervient juste dans le parcours en les aidant à arriver à bon port. Cette philosophie est gardée dans le processus du coaching. Par ailleurs, ce mot vient du verbe anglais « to coach » qui désigne préparer, puis motiver et accompagner. Un coach a, en effet, pour tâche principale de permettre au coaché d’atteindre ses objectifs personnels. Pour ce faire, il fait appel aux qualités de la relation d’aide dont l’écoute active, l’empathie, la congruence et l’acceptation. Afin de devenir efficacement ce professionnel, passer par une école de coaching est important, comme chez Linkup, par exemple.

Relation d’aide, pour le bien-être de la personne

La relation d’aide intervient lorsqu’une personne manque de confiance en elle, quand elle veut redonner un sens à sa vie ou, inversement, lorsqu’elle présente un souci de communication avec ses proches. Quelle que soit la manière qu’intervient un professionnel dans le domaine, il accompagne la personne coachée à privilégier sa prise de conscience pour qu’elle redevienne acteur de sa vie. Dans le but de parvenir à ces fins, il est près de la personne physiquement que psychologiquement, sa présence l’incite à la confiance. Il doit faire preuve de silence chaleureux afin de l’écouter. En outre, pour qu’il y ait confiance, il faut du respect, mais il faut savoir accepter la souffrance et la manière d’être du coaché.

Coaching et non thérapie

La grande différence du coaching est effectivement qu’il n’est pas une thérapie, contrairement à la psychologie, par exemple. Même si les deux méthodes sont orientées pour le bien-être du coaché, il n’est pas question de patient mais d’une personne qui veut reconsidérer son quotidien. En coaching, la question du pourquoi dans l’accompagnement et le passé de la personne sont deux choses que le coach survole. En revanche, il se cantonne sur le présent et renvoie son regard vers l’avenir. Il aide la personne à trouver des réponses sur sa situation actuelle, puis la comparant à celle qui est idéale. C’est à partir de ces analyses qu’une mesure sur le chemin à parcourir en sortira, outre les solutions d’y parvenir et les dispositifs à mettre en place.

Profils des demandeurs et des prescripteurs de coaching
Être coach : un vrai métier